Des tentatives pitoyables de la part de la haute gestion du SCC pour blanchir et bétonner le SESG

Le SESG a toujours été fier des excellentes relations forgées avec Don Head, le commissionnaire du SCC. Nous avons eu plusieurs rencontres productives avec M. Head; en effet, nous étions toujours heureux de son désir de travailler avec nous pour résoudre toutes les questions qui affrontaient le SCC et nos membres.

Le SESG réalise maintenant que certains membres de l’équipe de la haute gestion du SCC ne partagent pas ce désir. À notre grande surprise et dégoût, il est évident qu’ils font tout leur possible pour éviter toute occasion de travailler de concert avec nous et les autres syndicats d’une façon claire et transparente. Les employés en Finance ont récemment été invités à une séance régionale d’information durant laquelle un modèle proposé de gestion de la dotation, mise au point au niveau national, a été dévoilé. Un de nos VPR avait demandé la chance de participer à la réunion, mais sa demande a été belle et bien refusée.

Ce qui préoccupe grandement le SESG est que ce modèle a été créé sans qu’il y a eu consultation avec le SESG ou ses pairs, et qu’il ne fut pas présenté au syndicat avant la séance d’information. Un membre de la haute gestion a expliqué dans un courriel envoyé suite à une demande d’information et de plainte qu’ils « n’étaient pas dans une position pour partager ou consulter avant la séance d’information présentée aux membres du personnel … »

Ceci n’est rien d’autre qu’une tentative de faire accepter par des manigances sournoises un modèle qui n’a pas été accepté par le syndicat. De plus, le SESG se voit refuser l’occasion de travailler avec l’employeur pour trouver ou proposer des solutions basées sur le nouveau modèle, ou encore sur les modèles courants. Tout simplement, on nous bétonne.

Aussi, des demandes pour plus de renseignements et des mises à jour envoyées au personnel des Ressources humaines dans les régions sont ignorées. On penserait que ce serait la moindre des choses que d’envoyer un courriel accusant réception de nos requêtes. Malheureusement, cette situation devient de plus en plus fréquente et est une bonne indication de comment la haute gestion du SCC pense du SESG et, donc par extension, de nos membres. C,est aussi un clair indice du refus par les hauts gestionnaires de travailler de concert avec nous, contrairement à ce qu’ils prétendent.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce mépris total des promesses faites que la transparence serait maintenue quant aux relations avec le SESG est perturbant. Les gestionnaires du SCC font de leur mieux pour exclure les SESG alors, qu’en réalité, ils devraient faire tout leur possible pour bien travailler avec nous afin d’assurer que leurs employés et nos membres sont traités de manière équitable.

Les hauts gestionnaires du SCC trompent le SESG et tentent ensuite faiblement reprendre leurs mots, et ce, sans succès. Ils se trompent s’ils pensent que le SESG verra ceci comme un simple malentendu. Le SESG s’est habitué aux discussions collaboratives entreprises avec M. Head et certains de ces hauts gestionnaires. Maintenant, grâce aux actions de quelques-uns, le SESG devra se battre afin d’assurer que nos membres sont protégés et tenus au courant. Et protéger les intérêts de nos membres. C’est garantie!